Newsletter :

Newsletter en langue française :

 

Si vous désirez recevoir la newsletter italienne, rendez-vous dans la partie italienne du site.

 

Envoyer à un ami

Entrez plusieurs adresses sur des lignes différentes ou séparées par des virgules.
(Votre nom) vous a envoyé une page depuis Institut français - Centre Saint-Louis
(Votre nom) voudrait partager cette page avec vous :
   

Exposition

Vendredi 24 Mars h > Dimanche 25 Juin h
 
Musées du Vatican, musée Pio Cristiano

Entre Arles et Rome, les reliques de saint Césaire, trésors de la Gaule paléochrétienne

 

"Dilectissimo fratri Cæsario Symmachus"
Bien-aimé frère Césaire, de la part de Symmaque

Entre Arles et Rome, les reliques de saint Césaire, trésors de la Gaule paléochrétienne.
Exposition - Musées du Vatican, musée Pio Cristiano
Du 24 mars au 25 juin 2017

A l’occasion de la conférence de presse de présentation de l’exposition, M. Philippe ZELLER, Ambassadeur de France près le Saint-Siège, a accordé une interview à la chaine EWTN.
 

Animés d’un égal désir de faire connaître à un large public l’héritage culturel dont ils ont la responsabilité, le musée départemental Arles antique (MDAA), le Département des Bouches-du-Rhône et les musées du Vatican se sont engagés, à travers une convention de partenariat, à encourager et promouvoir les échanges entre leurs musées respectifs, et le Museo Pio Cristiano.

L’Ambassade de France près le Saint-Siège et l'Institut français -Centre Saint-Louis ont pris une part active à cette exposition, en nouant les contacts institutionnels puis scientifiques avec les partenaires du Vatican et en participant à l'édition française du catalogue qui sera disponible très prochainement.

Ainsi, outre la tunique, un ceinturon de cuir et sa boucle d’ivoire sculptée, ses sandales en cuir, sa tunique funéraire, le MDAA prête également pour cette exposition les deux étoles de laine (ou pallia) remises par le pape Symmaque  à Césaire, signant ainsi sa primatie sur les Gaules. Datés de 513, ces textiles, considérés comme les plus anciens tissus de l’Occident chrétien, sont un remarquable témoignage des grands changements qu’a connus le monde antique entre la fin de l’Empire romain et l’émergence des royaumes dits « barbares ».

Pour la première fois les reliques de ce saint vont revenir à Rome, qu’elles ont quitté voici quinze siècles. De leur côté les Italiens vont présenter en regard des symboles chrétiens comme les chrismes, des tissus précieux, des statues et des reliquaires de qualité.
Le public romain et international pourra ainsi comprendre comment les liens entre Arles et Rome ont été fructueux à l’époque chrétienne ancienne et comment ils s'inscrivent dans la durée.

 L’exposition s’articulera autour de ces grands thèmes :

Section 1 - Le pallium de saint Césaire, origines d’un symbole
A côté du pallium de Saint Césaire aux monogrammes, est exposée la célèbre statuette du Bon Pasteur des Musées du Vatican, l’une des oeuvres les plus illustres de l’art chrétien antique, orgueil du musée Pio Cristiano. Le pallium, tissé de laine et placé autour des épaules de l’évêque, symbolise la brebis égarée posée sur les épaules du Christ, bon pasteur, dont l’évêque est la représentation visible.

Section 2 - Le pallium aux lièvres
Le second pallium de Césaire est probablement celui que Césaire possédait en tant qu’évêque, alors que le pallium aux monogrammes est peut-être le pallium que lui a remis le pape Symmaque. L’enveloppe médiévale porte des croix rouges cousues, un symbole prévu en décoration du pallium.

Section 3 - La tunique
A côté de la tunique de Césaire est exposée une très ancienne tunique vénérée comme étant celle de saint Jean l’Evangéliste et déjà mentionnée par le pape Grégoire le Grand (590-604). Elle a été conservée sans interruption dans le Sancta Sanctorum, trésor des reliques de l’Eglise romaine, situé dans le palais papal du Latran. Cette tunique, comme celle de Césaire, présente de nombreuses découpes faites pour prélever des reliques.

Section 4 - La boucle et autres reliques
Avec la magnifique boucle en ivoire de Césaire, ornée avec des soldats près du sépulcre vide (selon le récit évangélique) est exposé comme comparaison le très précieux couvercle d’un reliquaire peint, provenant de la Terre sainte (VIe siècle) où, en haut à gauche, on reconnaît la même forme du Saint Sépulcre durant l’Antiquité, avant qu’il fût détruit puis reconstruit en 614.
Un fragment de sarcophage du Musée Pio Cristiano montre les mêmes soldats près du sépulcre, flanqués de la croix gemmée et monogrammée de Jésus ressuscité.

Section 5 - Saint Césaire, le culte antique et médiéval
Dans cette dernière section, est mis en évidence comment le culte voué à Césaire entre l’Antiquité et le Moyen-âge trouve des correspondances analogues dans le culte rendu aux martyrs de l’Église romaine au cours des mêmes siècles. En particulier, un sarcophage romain classique est exposé, qui à la fin du IXe siècle fut réutilisé comme contenant des reliques des martyrs du diocèse de Portus, voisin de Rome. Des invasions sarrasines obligèrent l’évêque à se déplacer à Rome, emportant les reliques avec lui. La même chose s’est produite à Arles, pratiquement pendant la même période, avec le petit sarcophage d’enfant réutilisé pour contenir les reliques de saint Césaire.

A gauche, la boucle de ceinture de Saint Césaire. A droite, la tunique de Saint Césaire